retour
10 avril 2019
Une dame âgée sortant de son lit avec son déambulateur

Nouveau plan d’économie dans le domaine de la prestation de santé à domicile : L’UFAT appelle ses membres à se mobiliser le 16 avril prochain.

La loi de financement de la Sécurité Sociale a prévu un plan d’économie de 150 millions. Pour réaliser cet objectif, le CEPS (Comité économique des produits de santé) a ciblé 3 secteurs : L’incontinence, la perfusion et les lits médicaux.

Le lit médical est un facteur clef du maintien du malade à domicile, quel que soit la pathologie ou le degré de perte d’autonomie. Il est indispensable tant au patient qu’aux personnels soignants ou aux aidants.

Le nombre de locations hebdomadaires a augmenté de 4 à 6 %. Il s’agit là du résultat de la politique ambulatoire, des sorties « précoces » des hôpitaux et et de la volonté des personnes âgées de rester à domicile le plus longtemps possible pour éviter un séjour à l’EHPAD. En aucun d’une volonté propre des professionnels.

La location d’un lit revient à 1.89 euros par jour actuellement, et un patient à domicile ne coûte que 20 à 30 euros/jour, alors qu’en EHPAD le prix de la journée est proche de 100 euros et qu’à l’hôpital ce coût s’élève à 800 euros dans un service de médecine.

Chaque journée gagnée à domicile est donc source d’économie pour la Sécurité Sociale.

Or, le CEPS a publié un avis le 1er mars 2019, visant à réduire encore une fois le montant du remboursement de la semaine de location. Il est passé de 16,01 euros à 13,20 euros en octobre 2018, soit une baisse de – 17 %. Il s’agit là d’un prix plancher, très bas et irréductible, tant en fabrication qu’en prestations. Or le gouvernement prévoit une nouvelle baisse de 15 % portant le remboursement à 11, 20 euros la semaine de location.

Cette nouvelle baisse fragilisera encore plus le secteur de la prestation de santé à domicile, alors que la médecine ambulatoire est un pilier des politiques de santé. Cette approche purement comptable met également les patients en danger. Les fournisseurs d’aides techniques, quant à eux, seront également impactés avec des conséquences sur le tissu industriel français et les pertes d’emplois associées.

Les membres de l’UFAT sont donc solidaires des prestataires de santé à domicile. C’est pourquoi, l’UFAT invite ses membres à se mobiliser le 16 avril prochain à côté des organisations de prestataires de santé à domicile.

Rapport LIBAULT
Rapport LIBAULT

Grand Age et Autonomie

Rapport AUBERT
Rapport AUBERT

Financement du système de soins